Soyons fous, ennuyons-nous

Étant donné qu’on est confinés pour un bon moment, il va falloir s’occuper. Pour ceux qui, comme moi, travaillent de chez eux, cela ne sera pas vraiment un souci pendant les horaires de travail. Par contre, il va falloir faire preuve d’ingéniosité pour occuper les pauses en semaine et les longues journées de week-ends. A un moment donné, même les plus optimistes pourraient finir par péter un câble.

Je pense néanmoins que ce moment peut être aussi l’occasion d’apprendre à s’ennuyer et être à l’aise avec ça. Nous sommes à une époque où nous ne valorisons plus le fait de s’ennuyer. On doit sans cesse être occupé; la course à la productivité et à la réussite. On passe d’un projet à l’autre, sans prendre le temps de se reposer, de souffler et de recharger les batteries. Cette frénésie tue la créativité à mon humble avis.

Je le dis mais en même temps je me reconnais dans cette description. L’année dernière a été surchargée pour moi; j’avais deux projets à lancer (TSAN’A et mon recueil de nouvelles) durant le 1er semestre. Et le reste de l’année, j’ai travaillé jour et nuit pour sortir les nouvelles versions des WorkBooks de TSAN’A. Ceux-ci ont été mis en vente fin décembre dernier.

Avec le recul, je me dis que l’intensité de travail dans laquelle je me suis plongée était dangereuse. Raison pour laquelle j’ai décidé de me reposer pendant le premier semestre de cette année. Pas de nouveaux projets ou nouvelles idées à développer, sauf si je suis en mesure de déléguer. En parlant de déléguer, j’ai pu trouver une Freelance qui se chargera de gérer les réseaux sociaux pour TSAN’A, me libérant ainsi du temps pour moi et pour me reposer. J’ai également décaler le lancement des nouveaux produits à l’année prochaine pour avoir le temps de préparer tranquillement les choses.

En dehors de mes horaires de travail, je ne fais rien. Je rentre chez moi, je dors, je lis, je regarde les séries pour lesquelles j’ai des épisodes à rattraper et j’en découvre de nouvelles. Je vous recommande d’ailleurs The Outsider sur HBO (diffusée et disponible en replay sur OCS en France).

Bref, je profite de cette pause pour réapprendre à m’ennuyer. Et quand je reprendrai du service, j’espère pouvoir maintenir cet équilibre entre créativité débordante et ennui bénéfique.

Allez, c’était moi. A demain.

Tchüss,

2 Replies to “Soyons fous, ennuyons-nous”

  1. […] dans une vraie démocratieJour 11 : A vous la parole !Jour 12 : Les nouveaux modes de travailJour 13 : Soyons fous, ennuyons-nousJour 14 : Quand l’ascenseur social monte…Jour 15 : Ma collection de […]

  2. […] de son côté sans que mon intervention ne soit nécessaire au quotidien. Comme je le disais dans cet article, je ne développerai rien de nouveau si son pilotage ne peut être délégué ou nécessite plus […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.